mardi 8 février 2011

Digital Media Consumption Manifesto

La Patate Chaude, Digital Media Consumption Manifesto

Il existe en France des législations que l'on pourrait croire largement manipulées par les lobbies tant elles sont archaïques, dénuées de sens et allant à l'encontre des pratiques des internautes (la moitié des français sont des pirates d'après l'Hadopi), mais très dans le sens de ces lobbies.
D'après Hadopi, la moitié des français se sont donc plutôt bien adaptés aux nouvelles économies culturelles, au grand mécontentement des quelques dinosaures de l'édition audiovisuelle. On apprend également dans cette étude qu'un tiers d'entre eux seraient favorables à une redirection vers des plateformes légales. Mais encore faut-il qu'il y en ait, avec autre chose que des offres sorties du fin fond des âges, du temps où les dinosaures régnaient encore en maître sur la production culturelle.
On entendait il y a peu sur les ondes de Radio Campus Pascal Nègre (patron d'Universal Music, un des dinosaures en question) s'exprimer sur la nécessité de dégrader les offres gratuites de musique en ligne comme Deezer en ajoutant de la publicité ou en limitant le nombre d'écoutes de chaque morceau pour forcer l'utilisateur à acheter le produit.
Il est normal de se débattre lorsque l'on sent la fin (d'un business juteux) approcher, mais d'autres dinosaures avant eux nous ont appris que ceux qui restaient à la fin sont ceux qui savent s'adapter, ce qui n'est visiblement pas le cas de ce monsieur.
Revenons sur le concept d'offre légale, concept qui risque de faire grincer des crocs, mais qui me paraît honnête. Elle est expliquée dans le Digital Media Consumption Manifesto disponible sur le site Don't Make Me Steal.
En résumé, en signant ce manifeste, vous vous engagez à ne pas télécharger illégalement un film s'il existe une offre légale répondant aux critères suivants (traduction par PresseCitron) :


1. Tarification
En général, je veux un modèle de tarification simple et transparent. Une légère différence de prix entre les films en fonction de leur âge ne me dérange pas.
  • La location ne doit pas dépasser 1/3 du prix de cinéma. L’achat ne doit pas dépasser le prix d’une séance au cinéma.
  • Les prix mensuels forfaitaires ne doivent pas dépasser 3 séances de cinéma.
  • Le prix d’émissions de télévision est d’environ 1/3 du prix des films.
  • Les paiements sont pour le contenu, pas pour la bande passante.

2. Langues

  • Je peux obtenir le film dans toutes les langues produites pour le contenu.
  • Après l’achat d’un film, toutes les langues sont disponibles.
  • Les fans sont autorisés à créer et partager des sous-titres pour tout contenu

3. Facilité d’utilisation

  • Le contenu que j’ai payé est immédiatement disponible.
  • Le contenu est livré sans publicité, ni entrecoupé d’avertissements légaux.
  • Je peux trouver des films ou émissions de télévision par année, réalisateur, langue, pays, genre, IMDB, etc

4. Choix et date de réalisation

  • La date de sortie est mondiale. Il n’y a aucune limite concernant le pays où vous vivez.
  • Je peux télécharger presque tous les films jamais réalisés.

5. Droits

  • Je peux regarder le film sur n’importe quel appareil, sans aucune différence dans la façon dont le film est présenté.
  • Les films ne sont pas liés au fournisseur de services, et doivent être libres de tout DRM dans le cas d’un achat.
  • Je peux facilement comprendre mes droits concernant les films que je loue, que j’achète ou que je regarde en streaming à un prix donné.
Vous aussi vous engagez vous en signant ce manifeste ! Et montrez aux dinosaures la voie de l'évolution !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire